Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sera le prochain "loser " des EU ?  Romney part encore favori mais....mais

A quelques heures de l'élection américaine, les médias sont nombreux à traiter de  l'élection américaine : ce qui démontre, une fois de plus que les EU sont encore (pour un temps) le coeur du monde démocratique.

 

Voici une petite vidéo qui rappelle le fonctionnement de l'élection

 

 

 

Oui, la vieille démocratie a une façon bien particulière de désigner son candidat : élection au suffrage indirect de grands électeurs avec le principe du Winner takes it all : le plus grands nombre de voix n'assurent pas automatiquement la victoire. Al Gore, le candidat malheureux de l'élection de 2000 doit s'en rappeler amèrement : il avait obtenu plus de 500 000 voix de plus que son adversaire George W. Bush.

 

Que deviennent les candidats défaits de la présidentielle américaine ?

Par tradition, ils ne se représentent jamais  une seconde fois à la course à l'investiture de leur parti (sauf exception : Nixon). Abandonnent-ils pour autant toute carrière politique ?

 

Intéressons-nous aux derniers "loosers" de cette élection pour voir ce qu'ils sont devenus :

Le dernier de la liste est John Mac Cain a perdu de plus de 10 M de voix en 2008 contre Obama. Héros du Viet Nam, il est Représentant républicain pour l'Arizona en 1982. Quatre ans plus tard, il devient sénateur jusqu'à son investiture pour la campagne présidentielle. Il choisit comme colistière Sarah Palin, une conservatrice du Tea Party qui est devenue depuis, une future candidate en puissance pour l'avenir. Depuis sa défaite, Mac Cain poursuit sa carrière de sénateur. En 2010, il a obtenu avec beauoup de difficultés l'investiture de son parti pour un nouveau mandat de sénateur. Il a été finalement réélu pour un cinquième mandat à l'âge de 74 ans.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/46/McCainPalin1.jpg

 

John Kerry a été le candidat démocrate défait à l'élection de 2004 (3 M de voix de moins que G W. Bush) face au président sortant G W. Bush. Beaucoup de Français espéraient son élection pour voir les EU changer de politique extérieure et se débarrasser de G.W. Bush. Kerry est issu d'une famille fortunée (parmi eux, les fondateurs de la célèbre marque de Ketchup Heinz). Depuis 1985, il est sénateur du Massachussets. Sa défaite de 2004 n'a pas véritablement contrarié sa carrière de sénateur qui se poursuit encore.

En 2008, il a soutenu activement Obama, à la primaire contre son ancien colistier, John Edwards. Il a été d'ailleurs, un temps pressenti pour être le colistier de Obama. Depuis 2009, il préside la commission aux affaires étrangères du Sénat. Kerry continue à jouer un rôle important au sein de la représentation nationale.

 

http://blogs.seattleweekly.com/reverb/springsteen.jpg

                                                       Kerry est soutenu ici, par Bruce Springteens.

 

 

Al Gore tient une place particulière parmi les anciens candidats car il plane sur son échec le plus grave imbroglio lors du comptage des voix lors de l'élection présidentielle qui l'opposait à George W. Bush. Elu à la chambre des Représentants entre 1977 et 1985, il devint ensuite sénateur du Tennessee entre 1985 et 1993. Il devient pendant durant les deux mandats de Clinton, le Vice-président des EU.

L'échec électoral l'éloigne des postes à responsabilité mais il continue à jouer un rôle politique de premier plan en s'opposant dès 2002 par exemple au projet de guerre en Irak. En 2006, il est l'acteur du documentaire très écolo, Une vérité qui dérange et qui dénonce les risques qu'encourent notre planète si des mesures environnementales fortes ne sont pas prises rapidement. Il reçoit l'année suivant le prix Nobel de la paix. Désormais il est un homme d'affaire qui défend sa fondation ACP qui protège la planète contre la crise climatique.  Al Gore semble être un "loser" qui joue un rôle politique encore important aux EU.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c5/Al_Gore,_Vice_President_of_the_United_States,_official_portrait_1994.jpg/200px-Al_Gore,_Vice_President_of_the_United_States,_official_portrait_1994.jpg

 

 

Bob Dole, le républicain  a été écrasé par la personnalité de Bill Clinton en 1996, de plus de 8 M de voix. Il commence sa carrière en 1953 en devenant Représentant à la Chambre pour le Kansas, mandats renouvelés jusqu'en 1968. A cette date, il devient sénateur pour le même Etat jusqu'en 1996. Cette longue carrière de parlementaire n'a pas vraiment satisfait Bob Dole qui a souvent échoué pour accéder aux marches les plus élevées du pouvoir. En 1976, il est le colistier de John Ford pour la présidence. Ce premier échec face à Carter le conduit a brigué à deux reprises une nouvelle candidature lors des primaires républicaines de 80 et 88. Il obtient enfin le ticket républicain en 1996 : mais il est déjà trop vieux (73 ans) et en face de lui, le fringant Bill Clinton a un boulevard pour sa réélection.

Après cet échec, il prend sa retraite politique.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4f/Bob_Dole%2C_PCCWW_photo_portrait.JPG

 

Michael Doukakis est le démocrate qui lourdement échoué (7 M de voix de moins) face à Georges Bush père en 1988. Représentant du Massachussets de 1962 à 1970, il en devient gouverneur dès 1974 jusqu'en 1990.  Lors de la campagne électorale de 1988, on critique le candidat grec pour ses tendances pacifiques et son progressisme. Les électeurs lui préfèrent le texan conservateur, George H. Bush qui dirigera une coalition contre l'Irak dans le cadre de la guerre du Golfe.

A la fin de son mandat de gouverneur en 1990, Dukakis quitte définitivement la vie politique pour devenir professeur de Science politique à l'UCLA (université de Los Angeles). Ce candidat trop progressiste, trop grec, trop orthodoxe n'avait indubitablement pas le profil d'un président des EU. Il faudra attendre Obama pour que l'électorat choisisse un candidat qui n'est pas issu des WASP.

  http://img.timeinc.net/time/magazine/archive/covers/1988/1101880502_400.jpg

 

 

Walter Mondale est le candidat démocrate qui s'opposa au président sortant, Ronald Reagan en 1984. Il perd les élections avec 17 M de voix de moins que le républicain.  C'est une défaite pour le moins cuisante. Entre 1960 et 1976, il est le sénateur du Minnesota et devient le colistier de Jimmy Carter. 

Vice-président du mandat Carter (76-80), il subit un première fois la défaite à la réélection de Carter en 1980 en tant colistier. Il prend ensuite la tête du parti démocrate et obtient l'investiture pour la campagne de 1984. Sa défaite l'éloigne un temps de la politique mais il est nommé ambassadeur au Japon par Bill Clinton entre 1993 et 1997. En 2002, il brigue à nouveau le poste de sénateur du Minnesota mais il est battu. Sa carrière politique s'arrête alors par une série d'échecs.

 

http://jaydeanhcr.files.wordpress.com/2011/01/walter-mondale.jpg

 

 

 

        L'échec d'une campagne à la présidence des Etats-Unis met ainsi rarement un terme à la carrière politique du candidat. La plupart continuent à jouer un rôle dans leur parti, en assumant des postes de Représentant, de Sénateur ou même d'ambassadeur. Ils deviennent également des figures politiques reconnues amenaient à jouer un rôle national voire international. Mais la chance de défendre le parti (démocrate ou républicain) lors d'une présidentielle est presqu'une opportunité unique ce qui est bien différent de la tradition politique française : Mitterrand et Chirac ont été plusieurs fois candidats et certains "petits candidats" ont fait preuve d'une obstination rare comme Arlette Laguiller (7 fois candidates entre 1974 et 2002) !!!

 

Jean-Christophe Diedrich

Tag(s) : #Terminales Es et STG

Partager cet article

Repost 0