Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Ratapoil....Si on décompose rat à poil est une figure inventée par Honoré Daumier dès 1850 afin de critiquer le premier président de la république, Louis Napoléon Bonaparte, aux ambitions malsaines. Le Colonel Ratapoil incarne ainsi les idées politiques et l'opportunisme du neveu de Napoléon Ier.
Que veut dire Ratapoil dans cette France de la Seconde république et du Second Empire ?

                                                 (Statue de Ratapoil, bronze à l'identique du plâtre, 1891)



Honoré Daumier  est un peintre (classé généralement parmi les réalistes), sculpteur, caricaturiste et lithographe en 1808 à Marseille. Il débute sa carrière comme lithographe dans le journal Silhouette puis dans la Caricature. La presse en plein essor a recour à cette technique pour illustrer ses colonnes. Durant toute cette époque (1815-1881),  la presse est confrontée à la censure plus ou moins déguisée, imposée par les différents régimes en place. En 1832, Daumier représente le roi Louis-Philippe sous la forme de Gargantua et est condamné à six mois de prison.  Les lois sur la presse de 1835 renforcent encore la censure et Daumier se détourne un temps de la politique en caricaturant les moeurs de ses contemporains : les juges, les bourgeois, les médecins, le peuple et leurs travers.


Républicain convaincu Daumier peint le célèbre tableau La République, allégorie de la République nouricière en 1848 quand la France devient un temps républicaine. L'élection de Louis Napoléon Bonaparte au poste de président de la République confirme le retour du Parti de l'Ordre au pouvoir. Elu pour quatre ans, non-renouvelable, il lance dès 1850 une campagne visant à changer la constitution pour se maintenir à la tête de l'Etat.

La réaction du quotidien satirique de Charles Philippon, le Charivari ne se fait pas attendre, Daumier décide de créer un personnage qui représentera un agent de propagande à la solde du pouvoir, le surnommant du sobriquet peu élégant, Ratapoil. Daumier réalise une statue d'argile de son personnage dont les répliques en plâtre seront exposées seulement en 1878 (après le retour de la République).  Une trentaine de dessins rythment cette contre-campagne de presse qui empêche Louis Napoléon Bonaparte de modifier la constitution mais le conduit alors à organiser son coup d'Etat, le 2 décembre 1851.





« Belle dame, voulez-vous bien accepter mon bras ? - Votre passion est trop subite pour que je puisse y croire ! » Le 25 septembre1851, Daumier publie cette lithographie dans Le Charivari, cette lithographie exprime le scepticisme de Daumier à l'égard des convictions républicaines du président Louis Napoléon Bonaparte.


Quant au personnage de Ratapoil, il représente plus ou moins Louis-Napoléon par sa moustache et sa barbichette mais sa silhouette est longiligne quant à sa redingote et son chapeau, ils sont usés jusqu'à la moëlle ! Cet homme incarne sans doute, les vieux nostalgiques, un peu fou, du Ier Empire portant leurs espoirs sur ce nouveau Bonaparte, Louis Napoléon.
Il est à remarquer que Ratapoil ressemble beaucoup aux traits de ce fou de Don Quichotte (que Daumier a également représenté dans ses peintures).


























Nouveau joujou dédié par Ratapoil aux enfants des décembristes (à gauche),  Un citoyen résistant même aux supplications (propagandistes) de Ratapoil (à droite).


                       Cette dernière illustration critique également le militarisme du nouveau régime.

Ratapoil est ainsi cette figure inventée par Daumier pour combattre par la caricature les desseins de Louis Napoléon Bonaparte que Victor Hugo va rapidement surnommer, Napoléon le Petit. 
Le césarisme de Napoléon III est un savant aménagement du pouvoir politique mêlant autoritarisme et démocratie. Le pouvoir personnel est ainsi légitimé par des consultations électorales : les  plébiscites. Les citoyens sont appelés à manifester leur confiance en se prononçant par oui ou par non sur un texte donné. Ce type de consultatation favorise généralement le vote "oui" et donc le pouvoir en place.


Jean-Christophe Diedrich

Tag(s) : #Première

Partager cet article

Repost 0