Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous avons déjà évoqué dans un article précédent les femmes tondues à travers le livre de Fabrice Virgili, la sortie d'un DVD intitulé Femmes tondues en 44  complète sans aucun doute l'ouvrage.




Il s'agit d'un reportage d'une cinquantaine de minutes réalisé par Jean-Pierre Carlon dans lequel s'entremêlent les témoignages et l'interview de Fabrice Virgili, le spécialiste de la question.
La force de ce reportage est triple : il allie de nombreux extraits vidéos de scènes de tonte, des témoignages (souvent touchants) de femmes tondues et l'analyse des événements par  Fabrice Virgili.

Outre le reportage en lui-même, les bonus proposent un long entretien avec l'historien Virgili qui montre la difficulté qu'il a rencontrée pour trouver les documents mais surtout il propose une analyse globale du phénomène qui s'est en fait étalé entre 1943 et 1946 pour la France.

On découvre que ce châtiment de la tonte n'est donc pas spontané, puisqu''il est déjà évoqué (comme une menace contre toutes les collaborations, même celle dite "horizontale") dans les documents des résistants dès 1941. 

Son analyse revient en fait à évoquer la défaite de 1940 : la France est humiliée car balayée en quelques semaines. La défaite, l'Occupation, l'emprisonnement des Français en Allemagne sont autant d'atteintes à la virilité nationale.
La Libération qui s'étale sur 11 mois est l'occasion de laver cet affont en faisant payer la collaboration. D'abord par la tonte des femmes lors de l'épuration sauvage. Ce geste est éminemment un châtiment sexuel car la chevelure renvoit à la sexualité et au genre.
Au même moment, les femmes accèdent au droit de vote, mais les tontes qui ont lieu sur la totalité du territoire constituent  un message symbolique évident, le corps des femmes est encore soumis à la volonté des hommes.


 




Comme je le disais, précédemment,  on doit l'intérêt de ce DVD aussi à ces témoignages de femmes qui racontent avec pudeur ce moment, en expliquant leur vie avant et après cet acte traumatisant.
Madeleine Wolf, par exemple est une femme d'un extraordinaire caractère. Elle relate sa rencontre avec un soldat de la Wehrmacht Siegfried Wolf alors employée dans un hôtel réquisitionné d'Aix les Bains, sa tonte puis son mariage en 1949.

Pour finir, évoquons,
une des limites de ce DVD; malgré l'émotion qui se dégage de ces images, le reportage est me semble-t-il un peu brouillon. L''interview faite par Virgili dans le bonus est finalement plus claire et beaucoup plus didactique.  On pourra également regreté la quasi absence des témoignages des réputés résistants qui ont participé à ces tontes. J-P Carlon a cependant retrouvé un témoin qui tente de s'expliquer....Il fallait, je pense approfondir cet aspect  pour se dégagrer d'une analyse seulement victimaire.


Jean-Christophe Diedrich



Je concluerai cette critique en recopiant, le célèbre poème d'Eluard qui évoque la tonte des femmes : Comprenne Qui Voudra


En ce temps-là,
pour ne pas châtier les coupables,
on maltraitait des filles.
On allait même jusqu'à
les tondre.


Comprenne qui voudra

Moi mon remords ce fut

La malheureuse qui resta

Sur le pavé

La victime raisonnable

A la robe déchirée

Au regard d'enfant perdue

Découronnée défigurée

Celle qui ressemble aux morts

Qui sont morts pour être aimés

Une fille faite pour un bouquet

Et couverte

Du noir crachat des ténèbres

Une fille galante

Comme une aurore de premier mai

La plus aimable bête

Souillée et qui n'a pas compris

Qu'elle est souillée

Une bête prise au piège

Des amateurs de beauté

Et ma mère la femme

Voudrait bien dorloter

Cette image idéale

De son malheur sur terre.






Tag(s) : #Terminales Es et STG

Partager cet article

Repost 0