Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous complétons encore notre galerie de portraits de nos chers dictateurs....disparus.
Mobutu résonne dans l'esprit des gens comme l'un des innombrables dictateurs du continent africain, affublé le plus souvent d'un habit de scène exotique et ridicule un couvre-chef étrange en léopard .....
Ah oui...Je le vois, maintenant !!!


Joseph-Désiré Mobutu (appelé également Sese Seko Ngbendu Waza Banga) est né en 1930 au Congo Belge. Fils d'un cuisinier au service de colons, il suit des études peu poussées dans des établissements catholiques du pays. Dès l'âge de quinze ans, il intègre l'armée coloniale belge. Devenu sous-officier, il débute en même temps, une carrière de journaliste dans différents journaux dont Actualités africaines. C'est d'ailleurs là qu'il rencontre le leader indépendantiste Patrice Lumumba.
Lors de séjours à Bruxelles, il poursuit ses études supérieures et c'est en 1960 qu'il commence à militer pour le MNC (Mouvement nationaliste congolais). Opportuniste ? On peut le penser car il revient dans son pays au moment où une élection démocratique met au pouvoir l'indépendantiste Lumumba (1er ministre) et Kavasubu (président de la République) entraînant l'indépendance du Congo le 30 juin 1960. Il devient alors Secrétaire d'Etat du nouveau gouvernement qui va rapidement être confronté à la secession d'une partie du pays, le Katanga.
Cette guerre, l'opposition entre le président et le 1er Ministre vont permettre à Mobutu de sortir du bois pour arrêter et supprimer Lumumba grâce à l'appui des services secrets américains (CIA).  Il renforce et modernise l'armée congolaise et en devient le lieutenant-général pour en faire un merveilleux instrument pour sa prise de pouvoir qui a lieu en novembre 1965.

Sa carrière de dictateur débute alors, il supprime l'opposition, réprime les manifestations et fonde en 1967, un parti unique, le Mouvement populaire pour la Révolution (MPR). Il entreprend à partir des années 70, une vraie révolution culturelle destinée à rompre avec le passé colonial en africanisant le Congo qui devient alors Zaïre (voulant dire fleuve en Kikongo), en changeant le drapeau et entrant en conflit avec le Clergé local. La population doit alors abandonner leur nom chrétien pour des noms africains. Lui-même change son nom en prenant ce nom à rallonge : Sese Seko Ngbendu Waza Banga (traduction : Le coq qui chante victoire, le guerrier qui va de victoire en victoire sans personne puisse l'arrêter, tout un programme !). C'est aussi lui qui invite et orchestre la rencontre entre le boxeur Mohamed Ali et George Foreman pour un titre mondial à Kinshasa en 1974.

La politique menée par Mobutu l'inscrit résolument dans le camp occidental. Allié des EU, il profite d'une aide financière énorme (plus de 8 milliards de dollars) en échange de matières premières dont le pays est riche : uranium, pétrole, cuivre, cobalt, diamants  etc.... 
L'homme et son clan détournent une grande partie de la richesse du pays alors que la population s'enfonce chaque jour un peu plus dans la misère. Mobutu devenu Maréchal détient une richesse insolente ( plusieurs dizaines de propriétés en France et en Belgique) et sa mégalomanie est des moins en moins soutenue par les occidentaux.

                              J Chirac et Mobutu, 17 juillet 1985, source AFP.


Le début des années 90 marque les premières difficultés du régime corrompu. L'opposition s'organise et tente de cohabiter avec le dictateur (grâce au nouveau soutien de la France et des EU) : 1992-93. Des émeutes obligent à de nouvelles négociations qui désignent un nouveau chef de gouvernement. Mobutu tient toujours la barre mais la guerre civile au Rwanda voisin va être à l'originie d'une nouvelle opposition qui prend naissance à l'Est du pays. En 1996, une insurrection dirigée en partie par Laurent-Désiré Kabila va mener une reconquête rapide du pays.  Le 17 mai 1997, les rebelles sont à Kinshasa et Mobutu s'enfuit en Suisse, en France puis au Maroc où il y décède quelques moins plus tard d'un cancer.
A sa mort, ses biens personnels (qu'il avait sans doute trop confondu avec ceux de l'Etat du Zaïre) sont estimés à 7 milliards de dollars. La carrière de dictateur est certes dangereuse mais elle peut rapporter gros !

En 1997, le Zaïre prend le nom de République démocratique du Congo. Laurent Désiré Kabila n'entraîne cependant pas son pays dans des réformes démocratiques puisqu'il devient rapidement un autre dictateur....




Ici, des extraits d'un reportage passé sur la chaîne Histoire, où Mobutu reçoit successivement, Giscard, George Bush (père) et Chirac.. tous ne tarissent pas d'éloges pour notre dictateur....


Sources:
CHAUTARD Sophie, Les dictateurs du XXe siècles, Studyrama, 2006,223p.


Jean-Christophe Diedrich





Tag(s) : #Dictateurs

Partager cet article

Repost 0