Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans la série, les dictateurs en voici un, à la réputation sanguinaire qu'un film a dernièrement sorti de l'oubli relatif dans lequel il était tombé. Idi AMIN DADA


Un pays indépendant mais divisé et instable

L'Ouganda est une ancienne colonie britannique située à l'ouest du Kenya, surnommée par Winston Churchill, "la perle de l'Afrique". Cette ancienne colonie britannique a obtenu en 1962, l'indépendance et Kabaka Mutesa II en devient le président de la république à vie. Des tensions apparaissent rapidement entre les différentes ethnies du pays et permet l'arrivée au pouvoir en 1966 de Milton Obote aidé par son chef d'Etat-Major Amin Dada.
En janvier 1971, Amin Dada profite d'un voyage d'Obote pour s'emparer du pouvoir, la carrière du dictateur sanguinaire débute alors.


Amin Dada produit de l'armée coloniale

Arrivé au pouvoir comme beaucoup d'autres chefs d'Etat d'Afrique, il pratique au départ, une politique modérée et pro-occidentale. 
Son histoire peut en effet, expliquer ce choix. En effet, Amin Dada est né entre 1922 et 1928 (soit à Kampala soit dans le Nord Ouest du pays) dont le  père  aurait servi dans l'armée coloniale. Il ne va pas à l'école primaire et élève des chèvres jusqu'à l'âge de 13-15 ans date à laquelle, il entre dans une école islamique à Bombo (1941).  Il est recruté par l'armée coloniale anglaise en 1946 comme aide cuisinier.  L'année suivante, il est recruté comme soldat et va servir d'abord au Kenya puis en Somalie. En 1952, il participe à la répression de la révolte Mau Mau au Kenya. Ses faits d'arme vont lui permettre de passer caporal puis sergent. Sous-officier habile, zélé et cruel, il est apprécié de sa hiérarchie et obtient en 1959, le grade d'effendi (plus haut grade qu'un soldat noir peut obtenir dans l'armée coloniale britannique : ce qui correspond plus ou moins à  Lieutenant).
Les autorités britanniques assurent avec bienveillance sa promotion dans la perspective de l'indépendance, elles espèrent pouvoir compter sur un homme peu cultivé qui doit tout à la Couronne britannique.


Amin Dada, le dictateur sanguinaire et fou : 1971-1979

Une fois au pouvoir, l'homme qui semblait pouvoir être manipulé par les puissances occidentales s'avère devenir un personnage impulsif, retors et paranoïaque.  Les Britanniques et les Israëliens, alliés de longue date vont alors déchanter : Amin Dada après avoir procéder à des purges ethniques massives dans l'armée décide l'expulsion de la forte communauté indo-pakistanaise (50 000 personnes) qui détenait une grande partie du commerce du pays, pillages et massacres accélèrent le départ des indésirables.
Amin Dada décide également de renverser ses alliances extérieures tournant le dos aux Britanniques et aux Américains, il trouve de nouveaux alliés auprès des Soviétiques et du dictateur Libyen Kadhafi. L'OLP (Organisation de Libération de la Palestine) se rapproche logiquement de ce nouveau régime, ce qui explique l'atterrissage en Ouganda d'un avion détourné par des membres de l'OLP en 1976.
Dès lors, la dictature d'Amin Dada s'enfonce un peu plus dans la violence : isolé, il dépense sans compter pour assouvir sa mégalomanie : voiture de courses, fêtes somptueuses, armes etc... Sa  réputation n'est plus à faire, il en joue par ses extravagances et accentue encore les exécutions sommaires.
Amoureux de l'Ecosse, il se nomma un jour, roi d'Ecosse afin selon lui, d'aider les Ecossais à se libérer du joug anglais. Il décida alors d'équiper l'un de ses régiments de Kilts et de cornemuses (cet épisode inspira le romancier Gilles Foden "Le dernier roi d'Ecosse).

En octobre 1978, Amin Dada envahit la Tanzanie qui accueillait une partie de la rébellion ougandaise. La contre-offensive tanzanienne marque un coup décisif puisque le dictateur doit quitter la capitale, Kampala en avril 1979 pour la Libye et plus définitivement pour l'Arabie Saoudite.

On estime que ce dictateur par ses répressions ethniques, ses guerres et  ses exécutions  serait à l'origine de  300 000 morts. On prête également au dictateur, mais sans véritable preuve, quelques actes de cannibalisme. Big Daddy, comme le surnommait ses partisans meurt en exil en 2003, sans avoir été jugé.


Ici, la vidéo extraite d'un reportage en anglais sur Amin Dada (de Barbet Schroeder datant de 1974) : on le voit se confier et raconter son enfance pauvre et son apprentissage dans l'armée coloniale. Les dernières images nous montrent également le grotesque de l'apparat militaire.  (ce reportage est entièrement visible sur Youtube)





Un film intitulé "Le dernier roi d'Ecosse" (inspiré du roman) a été tourné entièrement en Ouganda en 2005. L'excellent Forest Whitaker interprète le rôle titre.



Jean-Christophe Diedrich

Sources :
Un long article dans l'Express de Michel Faure et datant de 2003
Un bon article sur Wikipedia
L'Encyclopédie Larousse

Tag(s) : #Dictateurs

Partager cet article

Repost 0