Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Ces jours-ci, Cuba est à la Une de tous les magazines. Les articles dans la presse se multiplient pour commémorer le 50ème anniversaire de la révolution cubaine  ainsi que la sortie en salle du premier opus du biopic sur le Che de Soderbergh.
Il est donc inutile d'écrire encore un article sur le sujet. Je vous propose de nous intéresser au dictateur déchu Batista Y Zaldivar (Fulgencio) qui a du quitter brutalement le pouvoir en janvier 1959 (nous entamerons ainsi, une série de biographies des plus grands dictateurs du XXe siècle).


Né en 1901, Batista est le fils d'un paysan du l'Est de l'île de Cuba. Orphelin de père et de mère dès l'âge de treize ans, il doit abandonner ses études pour travailler. A l'âge de vingt ans, on le retrouve finalement dans l'armée cubaine. Dès 1933, il va jouer un rôle majeur dans la révolte des sergents, en renversant (avec d'autres sous-officiers de l'armée) le gouvernement provisoire de Cespedes qui avait remplacé le dictateur Machado.

                                           










Di Batista et le président F.D. Roosevelt entre 1940-44




Ce jeune sergent mulâtre, affable et démagogue devient rapidement le maître du jeu politique dans le Cuba des années 30 et 40 en gouvernant par l'intermédiaire des deux présidents fantoches (c'est-à-dire sans pouvoir) Carlos Mendieta puis Miguel Mariano Gomez.

En 1940, une assemblée constituante vote un texte qui consacre les libertés individuelles, de la presse (sur le modèle américain), des droits sociaux et même l'abolition de la peine de mort. Le 14 juillet, Batista remporte l'élection présidentielle, il n'a alors  que 39 ans !
Son gouvernement tente de rassembler toutes les sensibiltés y compris la Parti Socialiste Populaire. Cela n'empêche pas son échec aux élections de 1944 qui voit la victoire de son vieux rival : Grau San Martin. 



Il quitte un temps Cuba pour vivre en FLoride. Elu sénateur en 1948, il n'abandonne donc pas complètement la scène politique cubaine déjà bien trouble.  Il se porte candidat à l'élection présidentielle de 1952, sans doute pas en position de l'emporter par les urnes, Batista fomente un coup d'Etat le 10 mars 1952.


                                              Di Batista et  Richard Nixon (Vice-président des EU)

Ici le discours au moment de son coup d'Etat de 1952.





Son coup de force va susciter très rapidement une forte opposition incarnée par le jeune avocat Fidel Castro. Avec une petite centaine de rebelles, il  tente un premier coup de force en juillet 1953 contre une caserne à Santiago. Il est arrêté et condamné à  quinze ans de prison, acquitté par Batista en 1955, Castro s'exile au Mexique. Fin 56, une guérilla s'organise dans l'Est de l'île....le gouvernement de Batista est certes soutenu par les EU mais il l'est de moins en moins par la population.
La guérilla remporte des succès décisifs en juillet 58..... L'armée lâche progressivement Batista, et les élections de novembre 1958 sont entâchées de fraudes et d'une forte abstention.
Les EU, alliés de toujours font pression pour que Batista laisse sa place à un gouvernement intérimaire pour contrer la guérilla castriste. Trop tard, les révolutionnaires remportent succès sur succès. A la mi-décembre 1958, les militaires se rendent sans combattre. Le 29 décembre 1958, la messe est dite, Batista et ses proches quittent le pays pour St-Domingue et s'exilent par la suite pour le POrtugal puis l'Espagne. C'est la fin de ce Cuba dominé par les dictateurs aux services de Washington, c'est la fin de Cuba l'américaine. L'île nouvellement émancipée ne va pas tarder à subir le courroux d'Oncle SAM, ....tentatives de coup d'Etat organisées par la CIA, affaire des missiles, embargo sur l'île etc ... Le contentieux n'est pas encore réglé.

Batista décède en août 1973, l'histoire ne retiendra pas grand chose de lui, seulement qu'il a été un dictateur pro-américain, corrompu et démagogue comme il en a existé beaucoup en Amérique latine au 20e siècle. Son régime a maintenu voire favorisé l'emprise américaine sur cette île. Le film de Sydney Pollack, Havana illustre justement le caractére exotique de ce Cuba d'avant Castro, véritable cour de récréation des Nord-Américains s'adonnant à des plaisirs interdits : jeux et prostitution. Enfin, on retiendra de Batista qu'il a été le prédecesseur d'un régime porteur de formidables espoirs qui a finalement mal tourné. 


Jean-Christophe Diedrich


Sources:
Wikipedia : article Batista
BATAILLON Gilles, "La prise de pouvoir par Fidel Castro", L'Histoire, janvier 2009.
Voir l'article du blog sur le Che
L'article de Julien Blottière sur le Che et son mythe
Un article sur les rapports entre Batista et la mafia


 
Tag(s) : #Dictateurs

Partager cet article

Repost 0