Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'image a fait plusieurs fois le tour du monde, elle figure parmi les grandes photographies du XXe siècle. Vous avez trouvé ? Il s'agit bien  de cette image d'un homme arrêtant une colonne de chars.


Revenons au contexte de cette image

Depuis 1987, le conservateur Li Peng arrive au pouvoir et stoppe en partie les réformes lancées dix ans plus tôt par Deng Xiaoping. Une partie des étudiants et de leurs professeurs souhaiteraient que les réformes politiques ( plus de démocratie et de liberté) suivent les réformes économiques déjà lancées et qui sont une réussite. Mais au sein du parti, le courant conservateur reprend le dessus après avoir limogé (1987) le réformateur Hu Yaobang (qui décède en avril 1989).

Les étudiants et les intellectuels se mobilisent alors afin de réhabiliter Hu Yaobang et d'obtenir des funérailles nationales. Avant même ses funérailles, les étudiants décident d'occuper la place Tien An Men le 21 avril. C'est le début des manifestations qui vont durer jusque début juin, date à laquelle les autorités décident de réprimer la révote estudiantine.

La répression débute dans la nuit du 3 au 4 juin : les chars arrivent place Tien An Men afin de déloger les étudiants et la statue de la liberté qu'ils avaient constuite depuis peu.

Selon les autorités chinoises, cette révolte coûta la vie à  près de 300 personnes alors que la Croix Rouge chinoise évoque plutôt de 3000 morts.




Qui est ce jeune homme avec autant de courage ?

On ne connaît apparemment pas son identité. Et les hypothèses sont nombreuses quant à ce qui lui est arrivé après son arrestation. Certains disent qu'il fut exécuté deux semaines après son interpellation, d'autres pensent qu'il a été exécuté quelques mois après la fin du mouvement enfin d'autres croient savoir que l'homme est toujours vivant et reste cacher afin d'échapper aux autorités. L'absence d'informations claires révèlent bien la chape de plomb que le régime impose dès qu'il s'agit d'évoquer cet épisode du 4 juin 1989.


Un acte fou mais d'une certaine manière, humaniste.

Je m'explique. ce jeune manifestant avait fait le pari que le soldat, conducteur du char était un homme, doté d'une conscience suffisante qu'il refuserait de l'écraser avec son char. Ce pari est tout simplement la foi en l'Homme...ce qui est finalement la définition de l'humanisme.


La chanson qui accompagne la vidéo est celle de David Bowie, Heroes



Tag(s) : #Terminales Es et STG

Partager cet article

Repost 0