Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous avons abordé ces jours-ci les révolutions industrielles, évoqué ces boulons que Charlot serre toute la journée....dans les Temps modernes.
Promis, nous regarderons un Chaplin, cette année....sans doute le Dictateur mais en attendant, rien ne vous empêche de visionner quelques extraits et de lire l'article d'un de mes brillants collègues, J. Blottière sur LIRE ECOUTER VOIR.




Mais avant de vous plonger dans son article très intéressant, je m'interroge : Chaplin était-il anti-capitaliste, pire socialiste ou pire encore communiste ?
Je sais, j'y vais un peu fort.... Je vous soumets donc quelques petites réflexions sur le sujet...
Chaplin Charles est né à Londres en 1889, il est le fils de comédiens qui connaissent régulièrement la misère. Son enfance marquera définitivement son oeuvre (avec la création de son personnage, Charlot, un vagabond) mais sans aucun doute aussi ses convictions politiques.
Aux Etats-Unis, il fait rapidement fortune (1916) et ouvre ses propres studios. En 1919, il est l'un des meneurs de la fronde contre les Grands studios qui exploitent les artistes qui aboutira à la fondation de United Artist.

A cette époque, il ne cache pas ses amitiés pour certains sympathisants socialistes ou communistes. Son oeuvre cinématographique est dès lors, marquée par une critique de la société et une volonté tout au moins de défendre les plus pauvres : dans le Kid (1921) par exemple.  Dans la Ruée vers l'Or (1925), il  égratigne également le rêve américain en montrant que tous les chercheurs d'or ne font pas fortune, bien au contraire.
Avec les Temps Modernes (1936), Chaplin bien sûr, nous offre une belle critique du taylorisme, de l'aliénation de l'homme par la machine....ah, cette prodigieuse machine à nourrir les ouvriers est diaboliquement drôle. Sa critique n'en demeure pas moins prudente quant aux mouvements de foule. Dans le film, Charlot ramasse un drapeau rouge tombé d'un camion, le brandit pour le rendre à son propriétaire. Une horde de manifestants en colère le suit. alors...Il devient bien malgré lui, le porte drapeau d'une manifestation.

 

Comment interpréter cette scène ?  Charlot, le vagabond que l'Amérique connaît bien, est  plein d'humanité....mais il ne doit en aucun cas devenir un Rouge, le public ne lui pardonnerait pas. Chaplin l'a bien compris.  Pour se protéger d'un anticommunisme primaire, il place son personnage dans cette situation par un concours de circonstance....L'image est malgré tout là....Charlot manifeste, mais au prix d'un subterfuge scénaristique digne de Rocambole !
L'image du  patron de l'usine complète le parti pris qu'il prend, il est oisif (il fait un puzzle),désagréable et  sa surveillance est tout à fait tyrannique.  La crise des années 30 a ainsi aiguisé la verve critique d'un système capitaliste confronté à ses difficultés. Les Temps Moderne est de loin, le film de Chaplin le plus ancré dans son époque, le plus engagé "socialement".

En 1940, Chaplin prend bien sûr position contre le nazisme, au moment où les EU étaient encore résolument isolationnistes. Son Dictateur dénonce avec un réalisme déconcertant, la folie meurtrière d'Hynkel (Hitler) et sa politique antisémite et son cynisme absolu.


En 1942, Chaplin prononce deux discours pour l'ouverture d'un second front en URSS. Il demande que les EU aident massivement Staline. Ce sont ces deux discours qui lui vaudront des poursuites par la commission des activités anti-américaines dirigée par Mac Carthy à partir de 1947. En septembre 1952, il quitte les EU pour l'Europe à son arrivée, il apprendra que son visa pour les EU est annulé....Chaplin est persona non grata sur le sol américain, touché alors par la folie de la Chasse aux Sorcières.

Il décide de ne pas revenir aux EU et de vivre en SUisse. En 1956, il rencontre le Secrétaire Gl du Parti communiste, Nikita Khrouchtchev.
En 1957, un roi à New York est une belle critique des EU des années 50 : la Chasse aux Sorcières, la publicité et la presse américaine. Le film est une critique si amère du pays qui a fait la gloire de Chaplin qu'il ne sort pas sur les écrans américains avant 1976 !
1972 est l'année de la réconciliation du grand homme avec les EU. Il reçoit à 83 ans un Oscar d'honneur, l'homme est ému.....





Charlie Chaplin Oscar d'Honneur 1972

Alors que répondre à notre interrogation première ?
Certes, Chaplin est un artiste qui s'est engagé dans son art, il a critiqué la société américaine, il a dénoncé les injustices, la folie du taylorisme. Il a été l'ami de communistes tel que Picasso mais le génie du cinéma a proposé d'abord une vision très personnelle de l'humanité, un individu, Charlot face aux imperfections d'un système capitaliste. Il est donc sans conteste  un progressiste, humaniste mais en aucune façon un militant communiste n'en déplaise à Mac Carthy. Son départ de l'Amérique est donc surtout le symbole, d'une Amérique qui sait parfois être intransigeante, soumise aux affres d'un aveuglement idéologique, l'anticommunisme.

JC Diedrich









Tag(s) : #Première

Partager cet article

Repost 0