Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il y a quarante ans, les chars du Pacte de Varsovie entraient dans Prague. Cette invasion marquait à n'en pas douter la fin de ce qu'on a appelé le Printemps de Prague.



Qu'est ce que le Printemps de Prague ?

Les Soviétiques ont imposé en 1948 (lors du Coup de Prague) le communisme en Tchécoslovaquie : le pays devient alors de fait,  un satellite de l'URSS. Avec l'arrivée de khrouchtchev au pouvoir (1953-56), certains gouvernements des démocraties populaires tentent de prendre un peu de liberté vis-à-vis du PC soviétique.
En janvier 1968, Alexander Dubcek arrive à la direction du PC tchécoslovaque et tente une expérience du "socialisme à visage humain" qui consiste à concilier socialisme et liberté en autorisant par exemple la libre discussion.  En avril, alors que la jeunesse d'occident s'agite, Dubcek supprime la censure et autorise les voyages à l'étranger : c'est le Printemps de Prague. Ces réformes mécontentent le reste du bloc de l'Est (voir doc 1). Le 3 août, il est appelé afin de s'expliquer à un sommet tenu par les soviétiques à Bratislava.



Pourquoi envahir Prague ?
L'expérience réformatrice menée par Dubcek déplaît de plus en plus à Moscou qui craînt la "contagion" dans les autres Démocraties Populaires et  décide d'envoyer le 21 août 1968, les forces du Pacte de Varsovie à Prague. On retrouve encore une fois des chars soviétiques dans la capitale d'Europe de l'Est (comme à Budapest en 1956). La population, cette fois-ci ne résiste pas avec les armes afin d'éviter le bain de sang. Les Tchèques tentent alors de dialoguer, brûlent quleques chars et  pour résister ôtent le nom des rues.
Dubcek est envoyé de force en URSS et quelques jours plus tard, il doit signer un accord qui marque la fin des réformes, quelques temps plus tard, il est destitué ainsi que les autres  réformateurs.






A l'occasion de l'affaire tchécoslovaque est proclamée la doctrine Brejnev qui ne reconnaît aux pays socialistes qu'une souveraineté limitée. Le pays se résigne donc à la normalisation en suivant rigoureusement les évolutions politiques et doctrinales de Moscou.


Les documents

Doc 1
Lettre adressée par les partis communistes de Bulgarie, de Hongrie, de Poligne, de RDA et d'URSS au Comité central du PC Tchécoslovaque (PCT), le 15 juillet 1968.

Le cours des événements dans votre pays suscite chez nous une profonde inquiétude. L'assaut, soutenu par l'impérailisme, auquel se livre la réaction contre votre parti et les fondements du régime socio-politique de la République Socialiste Tchécoslovaque menace, nous en sommes profondément convaincus, de faire dévier botre pays de la voie du socialisme et, par conséquent, mendace les intérêts de tout le système socialiste. (...)
Nous n'avons pas eu et nous n'avos pas l'intention d'intervenir dans des affaires qui sont purement intérieures à votre parti et à votre Etat, non plus que de violer les principes de respect, d'indépendance et d'aglité dans les relations entre les partis communistes et les pays socialistes.
En revanche, nous ne pouvons accepter que des forces hsotiles fassent dévier botre pays de la voie du socialisme et menacent d'arracher la Tchécoslovaquie à la communauté socialiste. Sur ce point, vous n'êtes déjà plus seuls en cause. (...) Il s'agit de la cause commune de nos pays, que se sont unis dans le Pacte de Varsovie afin d'assurer leur indépendance, ainsi que la paix et la sécurité en Europe, et de de dresser une barrière insurmontable devant les menées des forces impérialistes de l'agression et de la revanche.
(La Documentation française, Faits et documents)

Doc 2
 Les images d'août 1968




Doc 3
2000 ans d'histoire, émission de Patrice Gelinet sur France Inter ( 28 minutes) consacrée à la fin du " Printemps de Prague"













'Cliquer sur la radio pour télécharger le fichier audio)

Lire aussi le bel et très complet article 
du blog de Julien Blottière

J-Christophe Diedrich





Tag(s) : #Mai 68

Partager cet article

Repost 0