Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les ouvriers de l'usine de Dacia-Renault viennent de reprendre le travail après plusieurs semaines de grèves. La Roumanie ancien pays communiste qui a intégré l'Union européenne en 2007 semble se transformer lentement et gagner en niveau de vie (la preuve en est, l'augmentation très importante des importations de voitures d'occasion en Roumanie en 2007). Ce qui ne plaît sans doute pas à l'entreprise Renault qui profite ici de salaires très bas.
Depuis quand Renault est en Roumanie ? En quoi ce conflit est révélateur d'une stratégie d'une FMN confrontée à l'augmentation du niveau de vie d'un nouvel entrant dans l'UE ?

La collaboration Renault-Dacia est en fait assez ancienne. Puisque l'usine a été mise en place en 1968 à Mioveni avant d'être nationalisée par le génie des Carpates, Nicolae Ceausescu. Rachetée par Renault en 1999, l'usine a été modernisée et le nombre de salariés divisé par plus de deux. La collaboration entre Dacia et Renault a permis de produire en Roumanie des R8, des R12 et progressivement une gamme originale. Depuis 2004, Dacia fabrique la Logan avec un certain succès.

 

 

 

Vendredi 11 avril, les syndicats ont accepté l'offre de la direction qui s'élevait à 40 % de hausse de salaire.Ainsi, un salarié qui gagnait 950 lei (280 euros) sera désormais payé 1300 lei, soit 380 euros.
Il aura fallu une grève de 3 semaines, une perte de 150 millions d'euros selon les syndicats pour que Renault Dacia se décide d'accepterune augmentation substantielle des salaires. Pourquoi autant de réticences de la part de la direction ? Celle-ci se targue des avantages sociaux qu'elle réserve déjà à ses salariés : un repas chaud par jour, des tickets restaurants, des aides pour les titres de transport en commun. Mais le compte n'y est pas...l'inflation et l'ouverture des frontières (à l'UE) ont rogné le pouvoir d'achat des Roumains.

La Roumanie qui a connu dix années d'un libéralisme débridé semble aujourd'hui s'engager dans une société plus modérée où les rapports de force entre les partenaires sociaux permettent également un certain progrès social.


 

JC Diedrich

Tag(s) : #Terminales Es et STG

Partager cet article

Repost 0