Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

    Martin Luther King est l'une des grandes figures de l'histoire américaine. Avec Washington, il est le seul homme que l'on célèbre par un jour férié aux Etats-Unis. Le 4 avril 1968, ce dernier fut assassiné au Motel Lorraine de Memphis. Le 9 avril qui suivit, 300 000 personnes assistaient aux obsèques à Atlanta lors d'une journée de deuil national. Pourquoi ce personnage noir est aujourd'hui encore autant célébré, quels ont été ses combats ?

Avant de reprendre les quelques étapes importantes de sa vie, il s'agit de présenter la situation des noirs aux EU depuis l'abolition de l'esclavage en 1865. En fait, l'abolition ne marque pas la fin du racisme aux EU, loin s'en faut puisque les Etats du Sud mettent en place une ségrégation sociale entre les Noirs et les Blancs dans tous les aspects de la vie publique : transports en commun, ascenseurs ou cabines téléphoniques. Ces lois existent encore dans 13 Etats dans les années 50.

 

King naît à Atlanta dans cette partie des EU ségrégationnistes. Son père est pasteur dans l'église d'Ebenezer à Atlanta. Figure importante de l'Eglise baptiste, son père dirige la communauté et revendique pour elle le droit de vote depuis les années Trente. MLK entre en 1948 au séminaire de Crozer en Pennsylvannie est apprend à devenir l'excellent orateur que l'on connaît.
En 1954, il devient pasteur dans l'église baptiste de Dexter à Montgomery (Alabama)....son engagement militant débute au moment où l'arrêt Brown de la Cour Suprême déclare inconstitutionnel la ségrégation à l'école. En 1955, King soutient Rosa Parks dans son combat afin d'obtenir la fin de la ségrégation dans les bus. Dans les jours qui suivent l'arrestation de la militante, les Noirs de Montgomery boycottent la compagnie de bus. King devient le président de la MIA Montgomery Improvement Association afin d'organiser l'entraide des Noirs dans le cadre du boycott. La Cour Suprême donne raison aux Noirs puisqu'en novembre, elle supprime la ségrégation dans les transports. Les autorités locales ne l'entendent pas de cette oreille et refusent d'appliquer les différentes décisions antiségrégationnistes de la Cour Suprême et tentent d'intimider le pasteur (déc 56) à l'incarcérant deux semaines... Ce qui fait rapidement de lui, un personnage public à l'échelle nationale.
En 1957, fort de ces quelques succès, MLK et un groupe de pasteurs fondent la Southern Christian League conference (SLCL), organisation chrétienne qui prône la désobéissance civile et non violente pour toutes les questions qui concernent la ségrégation. La victoire électorale de JK Kennedy en 1960 va accélérer la déségrégation des écoles et des transports en commun.

 

 



La méthode non-violente commence à porter ses fruits car les blancs, la police pratiquent ouvertement la violence. La télévision, les médias vont progressivement faire basculer l'opinion publique en faveur de la cause de King.
Durant l'été 1963, une grande manifestation rassemble 250 000 personnes à Washington, et c'est devant le Capitole que King prononce son célèbre discours « I have a dream »...

 

 

La consécration pour le pasteur est proche : il est fait l'homme de l'année par le magazine Time et obtient le prix Nobel de la paix pour son combat pour les droits civiques des Noirs américains.
En 1964 et 1965, deux lois marquent d'indubitables progrès : la loi sur la fin de la ségrégation dans les lieux publics et celle sur le droit de vote pour les Noirs.
Les derniers combats de King montre que celui-ci gauchise un peu plus son discours...Il s'intéresse davantage aux pauvres et voudrait aussi organiser une marche sur Washington.  Les divisions du mouvement  noir, un relatif isolement et une fatigue physique marqueront la fin de la vie de King.

 

Le mythe aujourd'hui a largement dépassé l'homme....Notons que par sa méthode, il a beaucoup aidé la cause noire aux EU....devenant l'une des icônes de la non-violence avec Gandhi.


Sources: N° Spécial de l'Histoire (mars 2008) consacré à MLK dont l'article de Pap Ndiaye
Article de Libération du 4 avril 2008 de Nathalie Dubois

 

Jean-christophe Diedrich

Tag(s) : #Terminales Es et STG

Partager cet article

Repost 0