Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Je suis beaucoup moins gêné de  proposer  un 2ème épisode  concernant les affiches quand Rambo 8 est à l'affiche !

Dans l'article précédent, nous avons abordé la conception et la  production de l'affiche dans  l'aventure particulière de l'occupation de l'école des Beaux-Arts de Paris sans avoir véritablement abordé l'impact que ces affiches pouvaient avoir.

Bien sûr, nous ne pourrons pas, 40 ans après étudier  cet impact par des témoignages ou une étude in-situ mais, je propose d'observer une sélection de photographies prises dans la rue pendant le mois de mai.  Je salue au passage, la qualité du site Magnum qui propose plus de 600 clichés à visualiser sur Mai 68, c'est de ce corpus que j'ai extrait les photos ci-dessous.

Il se dégage de ces clichés deux idées :
1-L'omniprésence de l'affiche durant ces journées
Effectivement, les affiches produites en très grandes quantités par l'école des Beaux-Arts puis l'école des Arts Déco ont investi la rue....un peu partout, sur les pare-brises des voitures, à la porte des usines et des institutions (Sorbonne, Ecole des Beaux-Arts, Théâtre Odéon, entrée d'usines Renault, Citroën). Il semble à bien regarder que les lieux de la révolte sont investis par une profusion de ces slogans. L'affiche politique prend le pas sur l'affiche publicitaire qui devient la cible de certains étudiants situationnistes qui rejètent les signes de la société de consommation.

Outre les slogans, on trouve sur ces affiches, les figures des principaux révolutionnaires dont s'inspirent certains étudiants (pas tous) : Marx, Lénine, Trotski ou Mao.
PAR105101affiche-pub-arrach-e-mai-68-bruno.jpgPAR295597-affiche-mai-68.jpg













PAR128703affiche-bruno-mai-68.jpgPAR128749boulogne-bruno-copie-1.jpg




















PAR339251Universit--m-decine-bruno.jpgPAR144665-beaux-arts.jpg













PAR40008affiche-mai-68.jpgPAR19083jouissez-bresson.jpg













2-L'autres idée est qu'il existe une véritable interaction entre les manifestants et les affiches :  celles-ci illustrent les revendications mais surtout répondent aux médias ou aux événements des jours précédents.
Il y a donc dialogue entre les événements et les affiches  car comme on l'a déjà souligné, l'Atelier populaire (l'école des Beaux-Arts) se réunissait tous les jours et fabriquait la nuit même  les affiches retenues lors des Assemblées générales. Il semble que le média de l'affiche ait pris le pas sur de nombreux autres car celui-ci était totalement maîtrisé par les étudiants enragés. L'ORTF et la plupart des radios tombaient effectivement sous les griffes d'Anastasie.
Ainsi, après le discours de De Gaulle sur la chienlit, les affiches répondent...la chienlit c'est lui ! On le traite également d'assassin.
Le dialogue se poursuit par delà de l'affiche, les graffitis sur les murs sont encore plus réactifs et spontanés, ils s'inspirent des slogans des affiches et de la rue et ont été repris par de nombreux petits ouvrages.
Ainsi, Cartier Bresson réussit à saisir dans une photo, l'esprit, les revendications et les clivages profonds des semaines de mai avec ce vieux Monsieur qui regarde dubitatif le slogan 'jouissez sans entraves" !!! (voir ci-dessus)

PAR105238affiche-chienlit-mai-68-brunp.jpgPAR105143-da-gaulle-assassin.jpg













PAR100116boulogne-bruno.jpg







PAR71718affiche.jpg






PAR132438th-atre-od-on-bruno.jpg













Voici deux adresses intéressantes
:
Le site d'un collectionneur d'affiches de mai 68 cliquez ici
Le site où vous trouverez des centaines d'affiches politiques : cliquez ici


Jean-Christophe Diedrich

Tag(s) : #Mai 68