Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Les EU ont été très tôt, un pays urbain constitué de grandes métropoles, avec des formes urbaines nouvelles : grattes-ciel, étalement urbain (urban sprawl). Mais depuis 3 à 4 décennies des nouveaux quartiers ont vu jour, les Gated communities..
Qu'est-ce qu'une Gated community ?  En quoi révèle-t-elle le  système  urbain  états-uniens et sans doute également les malaises de la société ?
Mountaincove-Nothern-Azusa.jpg
Voici une vidéo publicitaires d'un agent immoobilier qui vous permet d'entrer dans une Gated Community de l'Etat de New-York....(écouter la musique....j'adore). Cliquez sur l'image

Gates.jpg

On peut définir les Gated communities comme des quartiers résidentiels dont l'accès est contrôlé, interdit aux non-résidents, où l'espace public (rue, trottoirs, parcs) est privatisé. Je reprends la définition que donne le spécialiste français en la matière Renaud Le Goix dans un article intitulé La dimension territoriale des Gated commnities aux EU:  www.cercles.com/n13/legoix.pdf     Il est également l'auteur d'une thèse de géographie de 492p téléchargeable en cliquant ici :    tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/04/59/03/PDF/tel-00004141.pdf   (formidable les archives ouvertes, trop rarement ouverte en sciences humaines).       

Ajoutons que ces nouveaux quartiers pratiquent le plus souvent, une sélection sociale, par l'âge ou  l'origine ethnique  transformant profondément les territoires urbains. En effet, acheter une maison dans ces lotissements implique d'adhérer à un réglement contraignant, limitant par exemple le nombre de ses visiteurs. Ces restrictions nous semblent pourtant porter atteinte à une certaine liberté individuelle.

Origines des Gated Communities
A lire la thèse de R. Le Goix, les 1er Gated communities apparaissent dans les années 30 mais leur véritable essor à une grande échelle date plutôt des années 60-70 quand la périurbanisation s'est intensifiée. Le Goix explique l'origine de ces nouveaux quartiers par la croisée d'un quadriple héritage :
- L'idéologie romantique anti-urbaine (des valeurs jeffersonniennes) qui a favorisé le modèle suburbain.
- Le développement d'une structure juridique, la copropriété qui applique des réglements de droit privé.
- Le désir sécuritaire accru favorisant l'enclosure résidentielle et la surveillance du voisinage.
- Le caractère exclusif de ces nouveaux ensembles résidentiels : valeurs du club aristocratique ou de la communauté religisieuse, rejet de toute mixité.


Aujourd'hui, le phénomène a fortement progressé, on estime entre 8 et 10 M d'Etats-Uniens vivant reclus dans des périmètres à l'accès réglementé. Ces communautés rassemblent autour de thèmes et favorisent nettement l'homogénéité sociale : les riches retraités (communautés de plus en plus nombreuses : comme dans le film Cocoon), les amoureux de certains loisirs, les classes aisées en quête de plus de sécurité dans les zones urbaines proches de minorités considérées comme dangereuses.


Penchons-nous sur une Gated Community :
Canyon Lake est une communauté de 14 000 personnes située à 100 km de Los Angeles, entourée par un mur de trois mètres, et on y pénètre par trois portails gardés. Ce quartier protégé a été fondé par un promoteur en 1968 comme un havre pour amateurs de ski nautique et regroupe plutôt des sportifs blancs (moins de 1% de noirs) et quadragénaires.  Les habitants recherchent ici un esprit communautaire qui avait disparu dans les grandes villes. Ils sont également prêts à accepter de la dite communauté, une surveillance accrue : le slogant des lieux : Canyon Lake, un petit morceau de paradis.
Ici le site officielle de ce gated community :
www.cityofcanyonlake.com/

Ici, une agence immobilière proposant quelques belles petites maisons....
www.immobel.com%2fpersonal%2f1_3_1%2fsearchResults.do%3fper%3dmrmls%26la%3dEN%26xml%3d1%26cust(agent)%3dIMCCOKRE

picture5.jpg

 Problèmes et limites
Ces lotissements sécurisés qui sont au départ le fruit d'opérations immobilières privées n'hésitent pas dans certains cas à réclamer et à obtenir une autonomie politique, en devenant une municipalité afin de capter les taxes et imôts des habitants...créant des espaces privés complètement autogérés voire sécessionnistes : dans la région de Los Angeles 12 Gated Communities sont devenues des municipalités dont Canyon Lake en 1991. 
Cela pose la question de la discontinuité du territoire et de sa fragmentation urbaine déjà constatée par de nombreux géographes.
Laissons Le Goix conclure : "Les gated communities posent dans l’ensemble des problèmes inédits parce qu’elles sont le fruit d’une situation paradoxale : leur développement a largement été soutenu par des collectivités locales (les comtés), comptant sur une manne fiscale importante (taxe foncière), tout en transférant sur la copropriété le financement des équipements urbains. Dans les faits, les coûts de fonctionnement des équipements privés sont à terme insupportables pour le copropriétaire, qui se tourne à nouveau vers le public (création de municipalités) pour externaliser ces coûts."

Les Gated communities remettent en cause dans tous les cas, une solidarité entre tous les citoyens et tous les territoires...préférant toujours la communauté....ce qui est sans aucun doute le reflet d'une certaine conception de la société américaine. Il est inutile de dire que la mode a déjà franchi l'Atlantique....


JC Diedrich


Tag(s) : #Terminales Es et STG

Partager cet article

Repost 0