Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La junte militaire a commencé sa répression outre les interventions meurtrières de l'armée contre les populations civiles, la dictature tente d'imposer le silence par la censure des médias. Internet qui est dévenue une vraie fenêtre ouverte sur l'extérieur s'est refermée.

La principale liaison à l’Internet en Birmanie a arrêté de fonctionner ce vendredi 28 septembre, selon un responsable birman des télécoms, qui a attribué le problème à “un câble sous-marin endommagé”. De son côté, une source occidentale fiable à Rangoun a indiqué à l’AFP que la coupure aurait été ordonnée par les militaires, qui cherchent à empêcher la diffusion, hors de Birmanie, d’informations, de photos et de vidéos sur la répression en cours.

 

La Birmanie est considérée par Reporters sans frontières (RSF) comme un des treize « trous noirs de l’Internet ». La politique de l’Etat birman en matière d’Internet est encore plus répressive que celle de ses voisins chinois et vietnamien, selon l’organisation.

 

C’est l’Etat qui délivre les licences des cafés Internet. Ces derniers sont obligés de demander les papiers d’identité de leurs clients et d’installer des logiciels qui prennent des captures d’écran toutes les cinq minutes. Toutes ces données doivent être conservées sur CD et sont régulièrement envoyées aux autorités.

 

Enfin, la création d’un site est soumise à l’autorisation des autorités et, selon une loi de 2000, s’exprimer en ligne sur des sujets politiques et publier des écrits “susceptibles de nuire aux intérêts de l’Union de Myanmar” ou “directement ou indirectement nuisibles à la politique de l’Etat en matière de sécurité” sont des faits passibles d’une peine de six mois de prison.

D’après un article du Monde.fr et d'un blog d'un collègue

Carte de la Birmanie (appelée aussi Myanmar)CARTE-MYANMAR.gif

Tag(s) : #Revue de presse

Partager cet article

Repost 0